Vérifié: 17 octobre 2018, une foule immense marche dans la capitale contre la corruption

Vérifié: des lycéens font des exigences au gouvernement dans les rues de la capitale
October 13, 2018
Désintox: Retour volontaire des haïtiens du Chili: Eud Lajoie a menti
November 27, 2018

Des milliers de personnes ont investi les rues de Port-au-Prince et de plusieurs autres villes d’Haïti ce 17 octobre dans le but d’exiger la reddition des comptes sur le fonds PetroCaribe estimé à 3.8 milliards de dollars dilapidés de 2016 à  2018 dans le pays et le départ du Président J. Moïse. Tels ont été les objectifs principaux de ces mobilisations initiées tôt ce jour, coïncidant à la commémoration de la mort de Jean-Jacques Dessalines, Père Fondateur de la nation.

À Port-au-Prince, la manifestation a été émaillée de violences, notamment au Champs de Mars, quand policiers et protestataires s’affrontaient. Bien avant, en milieu de la journée, les agents de corps spécialisés de la Police Nationale d’Haïti (PNH) ont dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui lançaient des pierres sur certains établissements hôteliers et commerciaux à Pétion-Ville.

Dans la cité d’Antoine Simon (Cayes), plusieurs blessés ont été enregistrés. Du coup, Synal Jean Nesly, a été décédé à l’hôpital OFATMA des Cayes suites à des blessures. Les manifestants des Cayes, environ quelques milliers, accusent la Police National d’Haïti comme responsable de cet assassinat.

La délégation départementale du Nord ainsi que le bureau de la Mairie du Cap-Haïtien ont été attaqués par les manifestants en colère dans la deuxième ville du pays.

Ouanaminthe, Mirebalais, Jacmel, Hinche, Gonaive , Saint-Marc et Jérémie ont été les autres villes où les mêmes messages revendicatifs tendant vers le procès des dilapidateurs des fonds Pétrocaribe.

Selon le commissaire Michel-Ange Louis-Jeune, le porte-parole de la Police Nationale Haïti, il y a eu onze blessés par balle dont cinq dans le Nord, cinq dans l’Artibonite et un dans le département de l’Ouest, pour les manifestants. Cependant, onze policiers ont été blessés dans des jets de pierres avec les manifestants, dont neuf dans le Nord et deux dans l’Ouest.

Sans oublier, les six véhicules de la PNH qui ont été incendiés au cours de la journée, dont cinq dans le département du Sud et un seul dans le Sud Est. Deux autres véhicules de la PNH ont été endommagés. Deux autres véhicules ont été incendiés, respectivement dans l’Ouest et dans l’Artibonite.

Notons que les forces de l’ordre ont effectué huit arrestations ce 17 octobre, dont trois dans le département l’Ouest, un dans le Sud-Est, deux dans le Nord-Ouest et deux dans le Centre.

Photo: Franciyou Germain

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ekri nou sou WhapsApp
Powered by